Arudy-Mairie
meteo

ARUDY    Une âme gravée dans la pierre

Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie
GROTTE D'ESPALUNGUE
Arudy-Mairie

LA GROTTE D'ESPALUNGUE SUR LA COMMUNE D'ARUDY

-:-:-

A noter : Découverte et début d'exploitation du gisement magdalénien par Félix Garrigou en 1864,

Fouilles d'Edouard Piette en 1873, puis de 1885 à 1887

Plus récemment des travaux de nettoyage et de fouilles (Geneviève Marsan) apportent un éclairage moderne sur cette première occupation humaine de la vallée d'Ossau...

 

Une visite au Musée d'Ossau permet de découvir

la richesse du gisement issu

de la grotte d'Espalungue.

(ci-contre cheval gravé sur un galet)

Plaquettes et galets gravés viennent rappeler que ces chasseurs de chevaux, rennes et bouquetins, étaient aussi des artistes qui savaient fixer, sur différents supports, l'image de la faune vivant dans cet environnement de la fin des glaciaires.

Abandonnée par les Magdaléniens, sans doute en raison de l'effondrement d'une partie de la voûte du plafond (tremblement de terre ?), la grotte a servi plus tard, d'abri temporaire au Néolithique (environ 5800 ans) et de lieu de refuge aux périodes troublées de l'Histoire...

 

La grotte d'Espalungue devenue l'habitat d'une grande variété de chauves-souris (animaux protégés au niveau national et européen) ne se visite pas.                  

Texte Geneviève MARSAN

Arudy-Mairie

      Et si on comptait (on contait) les chauves-souris …. ?

Juillet 2014

-:-:-

 

            Découverte en 1864 la Grotte d’ESPALUNGUE réputée pour avoir  abrité des chasseurs Magdaléniens (- 13000 avant Jésus Christ) est aussi célèbre pour ses chauves-souris. Il a été  répertorié 14 espèces (sur 35 espèces françaises) parmi lesquelles des espèces patrimoniales classées vulnérables. Une convention tripartite unit le Parc, le Musée et la Mairie d’Arudy. Ce site est sécurisé et interdit toute perturbation extérieure et non habilitée.

             Invités par les gardes du Parc National à participer à un des 4 « comptages » annuels, quelques membres du conseil municipal se sont retrouvés un soir de juillet à marcher vers l’entrée de la grotte.

            Les gardes nous invitent à nous asseoir à même le sol avec pour mission de recenser  les chauves-souris qui sortent le soir pour aller se nourrir ; deux gardes du Parc, spécialistes des chauves-souris, comptent les sortantes. La troisième personne, représentant le C.N.R.S. compte celles qui reviennent. A partir de 22h quelques chauves-souris sortent puis rentrent comme pour s’assurer du degré d’obscurité extérieure. Vers 22h30 et ce pendant une heure des milliers sont sorties. Le temps peut sembler long à rester immobile et silencieux. Nous sentons les déplacements d’air occasionnés par ces demoiselles qui nous frôlent les cheveux. Quand tout mouvement semble être interrompu, les comptes : moyenne des comptages des sortantes moins le comptage des rentrantes, cela donne un total de…. 3380 chauves-souris parties pour se nourrir dans la nuit. Pour mémoire, il est recensé au niveau national un total de 25 000 chauves-souris.

  Puis on nous propose de pénétrer par petit groupe dans la grotte. Nous marchons sur un tapis de guano (déjection des habitantes) ; nous entendons un bruissement. Arrivés au fond de la grotte, nous découvrons (grâce à des lunettes spéciales) la « pouponnière» où des «bébés chauves-souris» sont agglutinés sur 2m2 de voûte. Ils sont environ 800 et attendent le retour de leurs mères qui les nourriront.

Une hygrométrie proche de 98% et une température variant entre 7 et 12° font de cette grotte un lieu privilégié. Les chiroptères y passent 4 à 5 mois d’hibernation. La chauve-souris est une espèce protégée. C’est un formidable insecticide doté d’un sonar à ultrasons perfectionné. Nous avons pu constater qu’aucune ne s’est attachée à nos cheveux, qu’aucune ne nous a sucé le sang, qu’aucune ne ressemble à Batman. Mais sur le chemin du retour, vers 1 H du matin, à la lueur de nos lampes, nous n’avons pu nous empêcher de penser que nous avons eu le privilège d’assister à un spectacle naturel et unique. (article journal municipal du mois d'Octobre  2014)

de 1982 à 2009, a été identifiée une douzaine d'espèces de chiroptères (chauves-souris) faisant partie de colonies de reproduction (Minioptère de Scheibers, rhinolophe euryale, etc) et de colonies de transit (Minioptère de Scheibers) ou de colonies d'hivernage (Rhinolophe euryale). La connaissance de cette dernière espèce entre dans le cadre d'études d'intérêt national et européen.

 

Programme de mise en valeur.

Protégées au titre de l'Aquitaine, son suivi, assuré depuis des années par les gardes du Parc National du secteur, a fait l'objet d'une convention de partenariat avec la ville d'Arudy et la Maison d'Ossau en 2010 / Texte G. Marsan

 

Comptage des chauves-souris
Comptage des chauves-souris
Comptage nocturne des élus arudyens en compagnie de spécialistes du Parc National et du C.N.R.S.
Comptage des chauves-souris
Comptage des chauves-souris
Nurserie en haut de la voûte de la grotte
Gisement préhistorique.
Gisement préhistorique.
Collection Piette, MAN. Pendeloques en os, photo G.Marsan
Gisement préhistorique.
Gisement préhistorique.
Espalungue, collection Piette, MAN. Pendeloques sur coquilles, photo G.Marsan
Gisement préhistorique.
Gisement préhistorique.
Espalungue, art mobilier sur bois de renne et os. Collection musée d'Ossau. Publications G.Marsan, dessin P. Laurent. De haut en bas, et de gauche à droite : Baguette demi-ronde, sculptée, motifs géométriques. Baguette gravée (suite de chevrons, et harpon ?). Tête de cheval sculptée, fragment probable de pendeloque.
AGENDA
. Décembre 2017 .
  • Lun
  • Mar
  • Mer
  • Jeu
  • Ven
  • Sam
  • Dim
INFOS SUR LA COMMUNE

Forum le 25 Novembre 9 h Salle Espalungue

"la prévention des AVC"

Ce forum ouvert à tout public, sera animé par le médecin conseil de la CMSA et le chef de service neurologie de l'hôpital de Pau

Mentions Légales        © Biscay-Jph