Arudy-Mairie
meteo

ARUDY    Une âme gravée dans la pierre

Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie
Arudy Historique. >> Patrimoine architectural >> MONUMENTS AUX MORTS / GUERRES >>   
MONUMENTS AUX MORTS / GUERRES
Arudy-Mairie

Monument aux morts d’Arudy

-:-:-

" Comme dans la plupart des communes françaises, un monument à la mémoire des soldats morts au combat est érigé à Arudy au lendemain de la Première Guerre mondiale.

La municipalité d’Arudy souhaite tout d’abord commémorer par un monument l’arrivée des troupes américaines en France. C’est finalement un édifice à la mémoire de ses enfants tués au front qui est construit, au centre du bourg, entre l’Hôtel de Ville et l’église.

Le monument d’Arudy, dont le plan est proposé par le Comptoir des marbres et granites d’Arudy, prend la forme d’un obélisque, courante pour ce type d’édifice.

Celui-ci est orné d’un intéressant décor : un bas-relief représente une jeune femme, coiffée du bonnet phrygien tenant une palme symbole de victoire. Dans la partie supérieure se trouvent quatre blasons réalisés en partie par le sculpteur Treillart : les armes de la ville, de la vallée d’Ossau (ours, arbre et vache), du Béarn (deux vaches) et de Navarre (chaînes)... "

http://visites.aquitaine.fr/monument-aux-morts-d-arudy

 

MJP(Cartes M.aux M.)

8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015  - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
 

Arudy-Mairie

Hommage aux enfants d’Arudy morts pour la France

durant la guerre de 1914 à 1918

en 1914

 (Travail de recherche réalisé par Jean-Pierre DUGENE)

Sur le monument aux morts d’Arudy, la liste des enfants d’Arudy morts pour la France rappelle la contribution de notre communauté à cette guerre de 1914 – 1918. Il nous a semblé important de retracer tant soit peu l’histoire de ces jeunes Arudyens.

LADOUMEGUE Francis : pas de renseignement sur cette personne, le recensement des morts pour la France ne mentionne que : Ladoumègue-Capdeville François-Victor décédé le 22 août 1814, il était né à Paris 15e le 14 décembre 1890. Ses parents sont Pierre-Firmin Ladoumégue-Capdeville, 31 ans, boulanger et Marie-Victoria Pornin, 30 ans, boulangère. L’acte de naissance de François-Victor ne mentionne pas l’origine des parents. Mais leur mariage est plus explicite : l’acte est passé le 8 décembre 1888 dans la mairie de Paris 6e, l’époux : Pierre-Firmin est né à Sévignacq-Meyracq le 25 septembre 1859, il est boulanger, son père est cultivateur à Bordeaux. Sa mère : Marie-Victoria est née à La Chapelle d’Angillon dans le Cher, le 27 février 1860, elle est lingère. Les témoins du marié sont Jean Salles et Raymond Cazet, des noms de chez nous assurément.

Son décès le 22 août 1814 le place en 1er décédé sur le monument aux morts, mais pourquoi à Arudy ? Est-ce bien lui ?

HONDAA Félicien : né à Arudy, le 30 novembre 1887 à Arudy, fils de Pierre Hondaa et de Marie Bourdieu. Marié à Arudy le 8 décembre 1910 avec Marguerite Lafond. Ils auront deux enfants : Marie (le 28.03.1913) et Joséphe-Victorine-Félicie (le 1.04.1915 donc née après le décès du père), elles seront adoptées par la Nation.

Félicien est incorporé  le 7 octobre 1908 et libéré le 5 octobre 1910. Il lui sera accordé un certificat de bonne conduite. Rappelé à la mobilisation générale le 2 août 1914, au 49e Régiment d’Infanterie à Pau, il arrive au corps, à Pau, le lendemain.

Décédé le 29 août 1914, tué à l’ennemi, à Neuville-Saint-Amand (02) ferme de Lorival.

LAHOURATATE Mathieu : né à Arudy, le 19 mai 1885, charcutier, résidant à Paris, rue Monterotte, fils de Pierre-Basile Lahouratate et de Catherine Bernadou. Marié à Paris le 14 octobre 1909 avec Lucie-Louise Morteau.

Il est incorporé le 8 octobre 1906 jusqu’au 25 septembre 1908 ; il avait été nommé caporal le 11 avril 1907. Il lui sera accordé un certificat de bonne conduite. Rappelé à la mobilisation générale, il arrive au 212e régiment d’infanterie à Pau, le 4 août.

Décédé le 19 septembre 1914 à l’hôpital de Sédillot à Nancy suite à des blessures de guerre. (Campagne d’Allemagne du 4 août 1914 au 19 septembre).

SALANOUVE Jean-Baptiste : né à Arudy le 24 juillet 1882, cultivateur, fils de Joseph Salanouve et de Catherine Nougarou-Barbé ; il est l’aîné de 7 enfants. Marié à Arudy le 27 août 1910 avec Marie-Anna Poeymirou-Bouchet. Ils auront deux enfants : Amélie (le 26.11.1911) et Jean-Joseph (le 31.08.1914) que son père n’a pas connu. Adoptés par la Nation.

Incorporé le 14 novembre 1903, mis en disponibilité le 18 septembre 1904. Rappelé à la mobilisation générale, il arrive au 218e régiment d’infanterie de Pau le 6 août.

Tué à l’ennemi au combat d’Oulches (Aisne) du 30 septembre 1914 au 2 octobre 1914. Situé sur le « chemin des dames », on apprend que les combats y furent rudes dès septembre, les Allemands en sortent vainqueurs, ce secteur ne sera repris qu’en 1917.

Sa veuve reçu 150 francs le 6 mai 1915 à titre de secours.

LACOSTE Jean-Paulin : né à Louvie-Juzon le 1er janvier 1879, fils de Jean-Pierre Lacoste et de Marie Arrogé. Domicilié et marié à Arudy le 13 septembre 1902 avec Catherine Victoire Garcie-Pitau. Ils auront trois enfants : Eugénie (le 29.03.1903), Alfred (le 21.07. 190.) et André (le 6.06.1910), ils seront adoptés par la Nation.

Soldat de 2e classe, 5e compagnie, 143e régiment d’infanterie à Pau, il est décédé à Annequin ou Sailly-Labourse, 62, ces communes sont limitrophes) le 25 octobre 1914, par suite des blessures reçues à l’ennemi ; il devait être blessé depuis quelques jours puisque la bataille à Sailly-Labourse s’est déroulée du 3 au 11 octobre.

Il repose en la Nécropole Nationale Notre Dame de Lorette d’Ablain St Nazaire (62) au carré 78, rang 4, tombe 15671.

CASASSUS-BUILHE Denis : né à Arudy le 18 avril 1884, fils de Jean Casassus-Builhé et d’Elisabeth Mourterot. Marié à Arudy le 30 janvier 1909 avec Anna Atteret-Pépé. Ils auront 4 enfants : Jeanne-Elisabeth (le 22.06.1909), les jumeaux Jean et Jacques (le 19.09.1911) et Jean (le 4.09.1913). Sapeur mineur au 2e Régiment du Génie, à Pau, matricule 816. Décédé le 8 novembre 1914 à 11 heures du matin  en la maison de l’ambulance du lycée Poincaré à Nancy. Il repose au Carré Militaire de « Nancy sud », tombe 1077.

COULASSE Emile : né à Arudy le 9 décembre 1886, résidant à Gan, cultivateur, fils de Louis Coulasse et de Romeline Trille. (pas de mention de mariage). Incorporé le 9 octobre 1907 et en disponibilité le 25 septembre 1909, a obtenu un certificat de bonne conduite. Rappelé, il est soldat au 218e Régiment d’Infanterie. Fait la campagne d’Allemagne du 4 août 1914 au 13 décembre. Décédé à Pau, à l’hôpital mixte (cours Bosquet) le 13 décembre 1914 suite à la tuberculose pulmonaire. Inhumé à Pau dans le carré militaire, tombe 333. Il sera payé 150 francs au titre de secours à son père le 28 avril 1916.

HONDAA Joseph : né à Arudy le 11 novembre 1881, cultivateur, fils de Pierre Hondaa et de Marie Brousset-Pierris. Marié à Arudy le 20 juin 1901 avec Marie Brousset-Pierris (même nom et prénom que sa mère). Ils auront deux enfants : Pierre (le 3.11.1910) et Louis-Joseph (le 11.10.1912), ils seront adoptés par la Nation. Incorporé le 20 septembre 1903 et en disponibilité le 23 septembre 1905. Rappelé à la mobilisation générale et arrivé au 83e régiment d’infanterie le 12 août. Adjudant le 16 décembre 1914. Tué à l’ennemi devant Perthes-les-Hurlus le 20 décembre 1914. Il sera payé 200 francs de secours à sa veuve à Arudy le 21 avril 1915.

Ces 8 morts en 1914 laissent  des veuves et 13 orphelins au moins sur Arudy.

_____________________________________________________________

en 1915

Loustalot Joseph : né le 31 mars 1890 à Arudy, célibataire, fils de Barthélemy et de feue Marie-Jeanne Couradet, cultivateur, service d’active à Villefranche du 7.10.1911 au 8.11.1913. Rappelé à la mobilisation générale, il disparu à la ferme de la Creute (à proximité du Chemin des Dames) le 25.01.1915 ; ce jour là et le lendemain on déplora plus de 2000 morts sur ces lieux. Un secours de 150 frs fut payé à son père le 13.07.1916.

Escolano René : né le 25 octobre 1892 à Iseste, célibataire, fils de Vincent et Malehora Esquerra, domestique, considéré comme « fils d’étranger ». Incorporé le 6.09.1914, il est canonnier au 57e régiment d’artillerie, il décède à l’hôpital complémentaire de Toulouse le 1.02.1915 de la rougeole (maladie non imputable au service). Il est considéré comme ayant fait la campagne contre l’Allemagne jusqu’à son décès.

Bascou Jean : né à Bruges le 13 juin 1895, charbonnier, célibataire, fils de feu Jean et d’Anne Cazet, domicilié à Arudy. Incorporé au 123e d’infanterie le 16.12.1914. Il décède à l’hôpital militaire de La Rochelle le 8.04.1915. Il est considéré comme ayant fait la campagne contre l’Allemagne jusqu’à ce jour.

Arrix Jean-Louis : (Joseph Emile sur la fiche des morts pour la France et sur le registre des décès de la commune). Né à Arudy le 6 septembre 1894, ouvrier marbrier, célibataire, fils de Jean-Baptiste Arrix et Magdeleine Mourterot ; il intègre le 153e régiment d’infanterie, il décède le 17 mai 1915 à la Targette (Pas-de-Calais) suite à des blessures de guerre.

Arrougé Eugène : né le 15 février 1895 à Arudy, brocanteur, fils de Pierre et de Thérèse Arrougé. Incorporé au 123e régiment d’infanterie le 16.12.1914, il est blessé à l’abdomen par un éclat d’obus le 18 mai 1815 à Stentraal (Belgique) et décède le jour même à l’hôpital de Zuydcoote.

Péré Gustave : né le 24 octobre 1890 à Arudy. Fils de feu Gustave Péré (décédé 2 jours avant (le 22.10.1890) et de Marguerite Pourtau (mariés le 14.11.1878 à Ste Marie de Gosse). Il intègre le 3e régiment de marche des zouaves, il est considéré comme disparu, mort pour la France le 22 mai 1915 à la redoute Bouchot (Gallepoli) (jugement du 16 septembre 1921 au tribunal d’Alger) 

Lanusse Flavien : né le 28 juillet 1888 à Gaillagos (H.P.), célibataire, fils d’Etienne et Marie Guarde. Il résidait à New-York. Il incorpore le 24e régiment d’infanterie, il disparaît à Aix Noulettes le 25 (mars ou) mai 1915, il est déclaré mort bien plus tard. Son père recevra 150 frs de secours le 31 juillet 1916.

Bourde Sylvain Georges lieutenant (à vérifier pourquoi à Arudy) : né le 19 septembre 1889 à Aïcirits, fils d’Alphonse et de Jeanne Catherine Julie Abadie (d’Aïcirits) étudiant candidat à polytechnique, résidant à Paris, rue d’Arras. Engagé volontaire en 1905. Lieutenant de réserve le 10 mai 1915. Tué à l’ennemi le 1er juin 1915 ; sur sa principale action d’éclat, on peut lire « officier d’une bravoure et d’une énergie remarquables, supposant que ses hommes étaient en danger au fond d’une galerie de mine envahie par des gaz, n’a pas hésité à pénétrer en avant dans une galerie où il est tombé mort par asphyxie ». Croix de guerre avec palme, une étoile de vermeil.

Florence-Bareilles Pierre (Joseph sur les morts pour la France) : né le 21 septembre 1889 à Arudy, fils de Pierre Florence-Bareilles et de Pascale Husté, célibataire. Incorporé au 23e bataillon des chasseurs de Pau. Mort à Sillakerkof le 3 juin 1915 (contrefort à l’est du Hohneck, sur la commune de Metzeral) voir Arudy 19 mai 1916

Barreyrou Etienne : né le 15 octobre 1876 à Arudy, maçon, célibataire, fils de Jacques et de feue Marie Hour. Arrivé au régiment d’infanterie de Pau le 31 août 1914, disparu le 12 mai 1915 à Carency, décédé en juin à Souchez (Pas de Calais), prisonnier de guerre sur le champ de bataille. Inhumé au cimetière de Villers au Bois. (voir registre d’Arudy d’août 1918). En 1906, il avait été dispensé d’une période d’exercice, car étant hors d’Europe. 

Layris Etienne : né le 30 janvier 1888 à Arudy, tailleur de pierres, fils d’Antoine et d’Engrâce Lembeye. Arrivé au 18 régiment d’infanterie le 22 février 1915, passé au 135e régiment le 26 juin 1915 ; porté disparu le 25 septembre 1915 à Agny (Pas de Calais), son décès fut fixé au même jour (tribunal d’Oloron du 23 mars 1921). Cette commune à une rue « 135e régiment d’infanterie » qui comptera à lui seul 38 officiers et 1162 hommes tués, blessés ou disparus. 

Péré Alphonse : né le 5 août 1881 à Arudy, étudiant en lettres, célibataire, fils de Gustave et de Marie Pourtau, d’abord en service auxiliaire à cause de sa faiblesse, il est incorporé au 129e régiment d’infanterie au Havre le 22.12.1914. Il est tué par l’ennemi 26.09.1915 à Neuville  St Vaast.

Barthé Etienne : né le 31 janvier 1891 à Arudy, marbrier, fils de feu Julien et Marie-Louise Casenave-Bareilles, résidant à Aire sur Adour. Parti le jour de la mobilisation générale, il passe au 156e régiment d’infanterie le 30 juillet 1915. Tué à l’ennemi le 28 septembre 1915 devant Beauséjour. Inhumé à Maisons de Champagne puis au cimetière militaire du Mont Frenel à la Cheppe (Marne) tombe 3965, identifié grâce à sa plaque d’identité. Sa mère reçu 150 frs le 24 janvier 1916.

Lartigue Joseph : né le 6 avril 1880 à Arudy, tailleur de pierres, fils de Landry et d’Anne Mourterot-Casadebaig. Marié à Claire Medine Ferrié. Entre 1905 et 1912, il habite à Cette (rue Paul Bousquet), puis à La Palme commune de Sigean (près de Narbonne), à Ceret (rue du Barry). Soldat au régiment colonial du Maroc, il décède le 1er novembre 1915 à l’hôpital complémentaire 84 zone des Etapes, suite à des blessures de guerre.

Forsans Henri : (J.Baptiste sur acte de décès) né le 2 juillet 1880 au Boucau, fils de Pierre Forsans et de feue Marie Damestoy de St Martin de Seignanx, journalier, époux de Marie Ladaurade à Paris. Sapeur mineur au 2e régiment du génie. Il décède le 4 novembre 1915 à Tahure (Marne).

 Duclair Jean-Pierre : né le 29 juillet 1881 à Arudy, tailleur d’habits, fils de Pascal et de Marguerite Larrieu, résidant à Bordeaux. Marié le 18 juillet 1903 à Maria Hoo (certainement à Arudy). Incorporé le 12 août 1914 au régiment d’infanterie de Pau. Il est évacué sur l’hôpital de Bar le Duc, le 2 décembre 1915 pour méningite cérébro-spinale et broncho-pneumonie, maladie contracté au cours des opérations de guerre. Mort pour la France le 21 décembre 1915 à hôpital communal de Bar le Duc, annexe Excelmans.

______________________________________________________________________

en 1916

 

Asnard François : né le 30 novembre 1887 à Arudy, garçon de salle, fils de Jean As-nard et Catherine Laffore. Sa dernière adresse connue était New-York où il exercait son activité. Parti de Toulon, trois jours auparavant, il périt lors du naufrage du croi-seur auxiliaire « Provence II ». Il était parmi les 2156 militaires de l’infanterie colo-niale quand le bateau fut torpillé en Grèce au large du cap Matapan (870 hommes ont survécu au naufrage). Son décès fut fixé au 26 février 1916 par jugement collectif rendu au tribunal de Cherbourg.
Brousset José (Marie Gonzalo), né à Véra Cruz (Mexique), négociant, résidant à Aru-dy, fils de Joseph Brousset et d’Eliza Trigos domiciliés à Véra Cruz.
Décédé le 27 mars 1916 à l’hôpital mixte de Pamiers suite de maladie. Il avait fait campagne contre l’Allemagne au 59e Régiment d’infanterie du 8 janvier au 27 mars 1916.
Tucoulat (Jean)-Jules : né le 18 novembre 1894 à Rébénacq, célibataire, fils de Jean Tucoulat et de Marie Ubert. Soldat de 2ème classe, 6ème compagnie du 7ème de ligne, mobilisé à Mirande. Décédé le 5 mai 1916 à La Harasée, commune de Vienne-le-Château (Marne). In-humé au cimetière Florent (Marne).
Courrèges-Angla (Pierre) Edouard : né le 1er décembre 1886 à Arudy, célibataire, fils de Pierre Courrèges-Angla et de Marie Florence-Bouillon. Soldat au 249ème d’infanterie, il est tué d’un coup de feu à Fleury devant Douaumont le 11 mai , sur le champ de bataille. Il repose en la Nécropole Nationale de Douaumont (55) tombe 9685.
Courrède Paul : né le 27 avril 1893 à Arudy, tailleur de pierres, fils de François Courrède et Catherine Geneviève Médalou.
Mort pour la France le 18 mai 1816 à la côte 304, à Esnes-en-Argonne (Meuse). Disparu, le décès ne sera enregistré qu’en 1920 suite à un jugement rendu au tribunal d’Oloron.
Lapuyade-Baloup François : né le 7 mars 1885 à Arudy, célibataire, fils de Jean-Pierre Lapuyade-Baloup et de Joséphine Campagne.
Décédé le 23 juin 1916 au domaine de Salvanche, commune de Rarécourt (Meuse) des suites de ses blessures reçues sur le champ de bataille. Son corps fut transféré en 1924 à la Nécropole Nationale des Islettes.
Dacheux Robert : né le 23 mai 1891 à Bagnolet (Seine), zingueur, fils d’inconnu et de Jeanne Clémence Dacheux. Engagé volontaire dès le 1er septembre 1914 pour la durée de la guerre. Il était au 43e régiment d’infanterie quand il fut tué à l’ennemi le 8 août 1916 au Fort de Zavannes.
Soulup Pierre (Isaïe) : né le 5 juillet 1886 à Arudy, tailleur de pierres, fils de Jean-Etienne Soulup et Marie-Anne Bordenave, marié à Marie-Marguerite Labernarie. Soldat au 234ème régiment d’infanterie, il meurt pour la France le 20 septembre 1916 à Vaux Chapitre (Meuse), soit le dernier jour avant que son régi-ment se retire à l’arrière, très largement décimé. Le 3 septembre son régiment avait fait 400 prisonniers et pris 4 mitrailleuses.
Latapie Bayran Jean (Romain) : né le 2 décembre 1894 à Arudy, domestique, fils de Dominique Latapie-Bayran et Catherine Touloudat. l est tué par l’ennemi à Combles, lieudit Le Forest, le 20 septembre 1916. Il sera inhumé au cimetière de Mauglas (Péronne) tombe n° 11 carré 195.
Capdevielle Amédée : né le 14 septembre 1891 à Arudy, fils de Saturnin Capdevielle (décédé) et de Ma-rie-Louise Briole. Sergent au 20ème bataillon des chasseurs à pied, 5ème compagnie. Décoré de la Croix de guerre. Mort pour la France aux tranchées devant la sucrerie de Génermont prés d’Ablincourt (Somme), le 14 octobre 1916. Il fait partie des 11 tués du jour devant la sucrerie, son bataillon fit ce jour là 63 pri-sonniers, pris 3 mitrailleuses, 2 obusiers et un canon de 77. Deux jours après le bataillon était relevé.
Lacazotte Jean : né le 11 février 1871 à Arudy, fils d’Alexis Lacazotte et d’Anne Pélecq et marié à Margue-rite Batcabe. Soldat de 2ème classe au 1er régiment du Génie, compagnie d’Etapes. Il décède à Deuxnouds devant Beauzée (Meuse) le 22 décembre 1916 de ses blessures reçues en service commandé. Il est inhu-mé à la nécropole nationale de Rembercourt-aux-Pots (Meuse), tombe 1093.

_______________________________________________________________________

en 1917

Loustau-Lapasseig Jules (dit aussi Pierre-Julien) : né le 5 novembre 1888 à Arudy, fils de Bernard Loustau-Lapasseig et de Brigitte Cazenave-Bareilles, cuisinier. Il résidait à San Francisco et il fut déclaré insoumis en 1910 ; il se présenta volontairement au bureau de recrutement de Pau le 26 septembre 1914. Blessé le 25 janvier 1915 à Hurtebise par l’éclat d’un obus dans la région lombaire, blessé à nouveau le 31 janvier 1917 à Thuizy (Marne) par l’intoxication d’un gaz de combat, il décède le 2 février dans une ambulance.

 NOUGUE – DEBAT Emile : né le 12 juin 1890 à Louvie-Soubiron, fils de Jacques Nougué-debat et Catherine Artigot, charbonnier, domicilié à Arudy. Il passe par le 83e régiment d’infanterie et par le 59e. Durant son service militaire, il fit les campagnes de Tunisie (en 1912), du Maroc et d’Algérie (en 1913). Blessé par balle une première fois le 29 novembre 1915 à Arras, il repart au front le 31 janvier 1916. Il est évacué pour blessure au pied droit par un éclat d’obus le 29 mars 1916 et reparti au front le 21 juin 1916. Il est tué au combat le 17 août 1917 à Marouvilliers (Meuse). Mort pour la France.

ARROUGE (Etienne) Emile : né le 14 octobre 1894 à Arudy, fils de Jean Arrougé et de Marianne Lacassie. Soldat de 2ème classe à la 9ème compagnie du 57ème régiment d’infanterie (matricule au corps 10711, recrutement de Pau). Tué le 5 mai par l’ennemi sur le plateau de Vauclerc. Mort pour la France.

 BETEROUS (Joseph) Adrien : né le 27 juin 1894 à Arudy, fils de Jean-Baptiste Bétérous et de Anne-Eugénie Esquer. Soldat de 2ème classe à la 1ère compagnie du 57ème régiment d’Infanterie. Mort pour la France le 6 mai sur le champ de bataille du plateau de Vaucler (Aisne).

LANOT Pierre : né le 10 février 1895 à Arudy, fils de Jean-Baptiste Lanot et de Marie-Adeline Pébole. Soldat de 2ème classe, de la 10ème compagnie du 123ème régiment d’infanterie (matricule 12 331) mort pour la France le 6 mai, tué par l’ennemi sur le plateau de Vaucler (Aisne). Inhumé à Outches (Aisne). 

LABASSE Joseph : né le 4 mai 1890 à Arudy, (pas d’acte de naissance à Arudy). Considéré comme disparu au Chemin des Dames (Aisne). L’acte de décès est donné pour le 5 mai.

ARROUGE (Etienne)-Rémi : né le 6 novembre 1885 à Arudy, Fils de Pierre Arrougé et Arrougé …. Marié à Paris avec Galindo Damienne. Soldat de 2ème classe au 18ème régiment d’infanterie, décoré de la croix de guerre, 1ère compagnie. Mort pour la France à Craonnelle, sur le champ de bataille suite à ses blessures le 3 juin.

LEMBEYE Pierre : né 15 décembre 1882 à San José de Balcara (Argentiine), fils d’André Lembeye et feue Marie … Launibos. Epoux de Suzanne Lacamoire.  Sergent au 18ème régiment d’infanterie, 1ère compagnie (matricule 5 950). Mort pour la France le 3 juin sur le champ de bataille suites à ses blessures

COURTIADE Jean-Baptiste : né le 14 décembre 1873 à Lasseubetat, cultivateur, fils de Vincent Courtiade et de Jeanne Turon de Lasseubetat. Au moins depuis 1908, il résidait à Arudy rue St Gaudens, chez Bonnecaze.  Service de novembre 1894 à septembre 1897. Il est rappelé à la mobilisation générale du 2 août 1914. Il sert au 142ème régiment d’infanterie. Blessures : atteint de bronchite (en service commandé) le 3 novembre 1916 à Verdun. Il décède le 6 août suite de blessures de guerre dans une ambulance.

__________________________________________________________________________

en 1918

 

 

 

 

 

Ce travail de recherche, réalisé par M. Dugène, est consultable dans son intégralité à la Bibliothèque d’Arudy.

AGENDA
. Juin 2018 .
  • Lun
  • Mar
  • Mer
  • Jeu
  • Ven
  • Sam
  • Dim
INFOS SUR LA COMMUNE

Objet ou autre égaré durant les fêtes d'Arudy.

Si vous avez trouvé des clés, papiers, cartes... ? 

Pensez à nous les amener au secrétariat de la Mairie.

Merci

Mentions Légales        © Biscay-Jph