Arudy-Mairie
meteo

ARUDY    Une âme gravée dans la pierre

Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie Arudy-Mairie
MONUMENTS AUX MORTS
Arudy-Mairie

Monument aux morts d’Arudy

-:-:-

" Comme dans la plupart des communes françaises, un monument à la mémoire des soldats morts au combat est érigé à Arudy au lendemain de la Première Guerre mondiale.

La municipalité d’Arudy souhaite tout d’abord commémorer par un monument l’arrivée des troupes américaines en France. C’est finalement un édifice à la mémoire de ses enfants tués au front qui est construit, au centre du bourg, entre l’Hôtel de Ville et l’église.

Le monument d’Arudy, dont le plan est proposé par le Comptoir des marbres et granites d’Arudy, prend la forme d’un obélisque, courante pour ce type d’édifice.

Celui-ci est orné d’un intéressant décor : un bas-relief représente une jeune femme, coiffée du bonnet phrygien tenant une palme symbole de victoire. Dans la partie supérieure se trouvent quatre blasons réalisés en partie par le sculpteur Treillart : les armes de la ville, de la vallée d’Ossau (ours, arbre et vache), du Béarn (deux vaches) et de Navarre (chaînes)... "

http://visites.aquitaine.fr/monument-aux-morts-d-arudy

 

MJP(Cartes M.aux M.)

8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015  - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
8 Mai 2015 - Hommage au Monument aux Morts (CP amc)
 

Arudy-Mairie

Hommage aux enfants d’Arudy morts pour la France

durant la guerre de 1914 à 1918

en 1914

 

 (Travail de recherche réalisé par Jean-Pierre DUGENE)

 

Sur le monument aux morts d’Arudy, la liste des enfants d’Arudy morts pour la France rappelle la contribution de notre communauté à cette guerre de 1914 – 1918. Il nous a semblé important de retracer tant soit peu l’histoire de ces jeunes Arudyens.

 

LADOUMEGUE Francis : pas de renseignement sur cette personne, le recensement des morts pour la France ne mentionne que : Ladoumègue-Capdeville François-Victor décédé le 22 août 1814, il était né à Paris 15e le 14 décembre 1890. Ses parents sont Pierre-Firmin Ladoumégue-Capdeville, 31 ans, boulanger et Marie-Victoria Pornin, 30 ans, boulangère. L’acte de naissance de François-Victor ne mentionne pas l’origine des parents. Mais leur mariage est plus explicite : l’acte est passé le 8 décembre 1888 dans la mairie de Paris 6e, l’époux : Pierre-Firmin est né à Sévignacq-Meyracq le 25 septembre 1859, il est boulanger, son père est cultivateur à Bordeaux. Sa mère : Marie-Victoria est née à La Chapelle d’Angillon dans le Cher, le 27 février 1860, elle est lingère. Les témoins du marié sont Jean Salles et Raymond Cazet, des noms de chez nous assurément.

Son décès le 22 août 1814 le place en 1er décédé sur le monument aux morts, mais pourquoi à Arudy ? Est-ce bien lui ?

 

HONDAA Félicien : né à Arudy, le 30 novembre 1887 à Arudy, fils de Pierre Hondaa et de Marie Bourdieu. Marié à Arudy le 8 décembre 1910 avec Marguerite Lafond. Ils auront deux enfants : Marie (le 28.03.1913) et Joséphe-Victorine-Félicie (le 1.04.1915 donc née après le décès du père), elles seront adoptées par la Nation.

Félicien est incorporé  le 7 octobre 1908 et libéré le 5 octobre 1910. Il lui sera accordé un certificat de bonne conduite. Rappelé à la mobilisation générale le 2 août 1914, au 49e Régiment d’Infanterie à Pau, il arrive au corps, à Pau, le lendemain.

Décédé le 29 août 1914, tué à l’ennemi, à Neuville-Saint-Amand (02) ferme de Lorival.

 

LAHOURATATE Mathieu : né à Arudy, le 19 mai 1885, charcutier, résidant à Paris, rue Monterotte, fils de Pierre-Basile Lahouratate et de Catherine Bernadou. Marié à Paris le 14 octobre 1909 avec Lucie-Louise Morteau.

Il est incorporé le 8 octobre 1906 jusqu’au 25 septembre 1908 ; il avait été nommé caporal le 11 avril 1907. Il lui sera accordé un certificat de bonne conduite. Rappelé à la mobilisation générale, il arrive au 212e régiment d’infanterie à Pau, le 4 août.

Décédé le 19 septembre 1914 à l’hôpital de Sédillot à Nancy suite à des blessures de guerre. (Campagne d’Allemagne du 4 août 1914 au 19 septembre).

 

SALANOUVE Jean-Baptiste : né à Arudy le 24 juillet 1882, cultivateur, fils de Joseph Salanouve et de Catherine Nougarou-Barbé ; il est l’aîné de 7 enfants. Marié à Arudy le 27 août 1910 avec Marie-Anna Poeymirou-Bouchet. Ils auront deux enfants : Amélie (le 26.11.1911) et Jean-Joseph (le 31.08.1914) que son père n’a pas connu. Adoptés par la Nation.

Incorporé le 14 novembre 1903, mis en disponibilité le 18 septembre 1904. Rappelé à la mobilisation générale, il arrive au 218e régiment d’infanterie de Pau le 6 août.

Tué à l’ennemi au combat d’Oulches (Aisne) du 30 septembre 1914 au 2 octobre 1914. Situé sur le « chemin des dames », on apprend que les combats y furent rudes dès septembre, les Allemands en sortent vainqueurs, ce secteur ne sera repris qu’en 1917.

Sa veuve reçu 150 francs le 6 mai 1915 à titre de secours.

 

LACOSTE Jean-Paulin : né à Louvie-Juzon le 1er janvier 1879, fils de Jean-Pierre Lacoste et de Marie Arrogé. Domicilié et marié à Arudy le 13 septembre 1902 avec Catherine Victoire Garcie-Pitau. Ils auront trois enfants : Eugénie (le 29.03.1903), Alfred (le 21.07. 190.) et André (le 6.06.1910), ils seront adoptés par la Nation.

Soldat de 2e classe, 5e compagnie, 143e régiment d’infanterie à Pau, il est décédé à Annequin ou Sailly-Labourse, 62, ces communes sont limitrophes) le 25 octobre 1914, par suite des blessures reçues à l’ennemi ; il devait être blessé depuis quelques jours puisque la bataille à Sailly-Labourse s’est déroulée du 3 au 11 octobre.

Il repose en la Nécropole Nationale Notre Dame de Lorette d’Ablain St Nazaire (62) au carré 78, rang 4, tombe 15671.

 

CASASSUS-BUILHE Denis : né à Arudy le 18 avril 1884, fils de Jean Casassus-Builhé et d’Elisabeth Mourterot. Marié à Arudy le 30 janvier 1909 avec Anna Atteret-Pépé. Ils auront 4 enfants : Jeanne-Elisabeth (le 22.06.1909), les jumeaux Jean et Jacques (le 19.09.1911) et Jean (le 4.09.1913).

Sapeur mineur au 2e Régiment du Génie, à Pau, matricule 816. Décédé le 8 novembre 1914 à 11 heures du matin  en la maison de l’ambulance du lycée Poincaré à Nancy.

Il repose au Carré Militaire de « Nancy sud », tombe 1077.

 

COULASSE Emile : né à Arudy le 9 décembre 1886, résidant à Gan, cultivateur, fils de Louis Coulasse et de Romeline Trille. (pas de mention de mariage)

Incorporé le 9 octobre 1907 et en disponibilité le 25 septembre 1909, a obtenu un certificat de bonne conduite. Rappelé, il est soldat au 218e Régiment d’Infanterie.

Fait la campagne d’Allemagne du 4 août 1914 au 13 décembre.

Décédé à Pau, à l’hôpital mixte (cours Bosquet) le 13 décembre 1914 suite à la tuberculose pulmonaire.

Inhumé à Pau dans le carré militaire, tombe 333.

Il sera payé 150 francs au titre de secours à son père le 28 avril 1916.

 

HONDAA Joseph : né à Arudy le 11 novembre 1881, cultivateur, fils de Pierre Hondaa et de Marie Brousset-Pierris. Marié à Arudy le 20 juin 1901 avec Marie Brousset-Pierris (même nom et prénom que sa mère). Ils auront deux enfants : Pierre (le 3.11.1910) et Louis-Joseph (le 11.10.1912), ils seront adoptés par la Nation.

Incorporé le 20 septembre 1903 et en disponibilité le 23 septembre 1905.

Rappelé à la mobilisation générale et arrivé au 83e régiment d’infanterie le 12 août.

Adjudant le 16 décembre 1914. Tué à l’ennemi devant Perthes-les-Hurlus le 20 décembre 1914.

Il sera payé 200 francs de secours à sa veuve à Arudy le 21 avril 1915.

 

Ces huit morts en 1914 laissent donc des veuves et 13 orphelins au moins sur Arudy.

Hommage aux enfants d’Arudy morts pour la France en 1914

 

 

 

AGENDA
. Novembre 2017 .
  • Lun
  • Mar
  • Mer
  • Jeu
  • Ven
  • Sam
  • Dim
INFOS SUR LA COMMUNE

Forum le 25 Novembre 9 h Salle Espalungue

"la prévention des AVC"

Ce forum ouvert à tout public, sera animé par le médecin conseil de la CMSA et le chef de service neurologie de l'hôpital de Pau

Mentions Légales        © Biscay-Jph